menu Menu
close
ticket Billetterie

Manège, scène nationale - reims

background

ÉDITO DE SAISON


Still a live !


Cette saison sera dense et généreuse : deux temps forts, I will survive avec les créations que vous n’avez pu voir en 2020 et une édition de Born to be a live avec d’autres créations qui vous surprendront. Mais aussi des moments conviviaux : cabarets transgressifs, concerts aux formes inattendues… et enfin deux nouvelles artistes associées, Nina Santes, chorégraphe, et Yngvild Aspeli, marionnettiste, qui partageront avec vous leur art et leurs engagements.
Bruno Lobé

Dans mon pays, nous utilisons l’expression habiter dans une maison avec âme. Ça signifie une maison où on se sent bien parce que le sol résonne encore des pas qui l’ont foulé, les murs portent le souvenir des visages et des vies passées sous ce toit. Et pour moi, être artiste associée au Manège, ça signifie appartenir à une maison avec âme, un endroit où on se sent bien. C’est la sensation d’enfin pouvoir se poser après un très long voyage. Un endroit où on peut être en confiance pour créer, faire des rencontres humaines et ainsi grandir parmi une grande famille artistique. L’année que nous venons de vivre était un véritable périple, avec autant de terreur que de beauté nécessaires à l’accouchement d’un spectacle-baleine que représente Moby Dick. Un temps en suspens où le manque du public nous redonne l'élan et l'envie de créer pour se retrouver à nouveau côte à côte dans la réalité poétique du théâtre. Je pense qu’il ne pourrait pas exister un meilleur cadre pour entrouvrir la porte vers une nouvelle création et préparer une petite transe-danse avec Une Maison de Poupée.
Comme dirait le poète danois Benny Andersen : « Il faut mordre la vie à la cuisse… »
Yngvild Aspeli – Plexus Polaire

On est encore là. Avec les virus et les mutations. On se réveille, on se lève, on continue. On est là. Avec nos corps, qui bougent, sentent, absorbent, expriment. Avec nos corps, qui ont été coupés les uns des autres, mais qui restent, doivent rester, les territoires premiers de nos libertés. On est là, et on a besoin de réaffirmer le collectif, le « Nous ». Pour cette association qui commence, on souhaite cultiver ce « Nous », continuer de l'inventer, avec La Fronde, avec les équipes du Manège, avec les habitants de Reims et d’ailleurs, avec les collaborateur·trice·s, les allié·e·s, les familles multiples. On est là, et on va nourrir le désir comme un feu. Le désir de créer, de se rencontrer, de se mettre en mouvement, de sentir, de penser le corps, de prendre soin, de partager des savoirs et des non savoirs, de faire circuler des idées et des divergences, de déplacer son corps et son esprit, de faire entendre des voix, de rendre visible l’invisible, d’expérimenter, de rater, répéter, faire advenir, apparaître, disparaître, transformer, exister autrement, être hypersensibles, créatives, improductifs, imparfaites, puissantes et vulnérables, présent·e·s, relié·e·s, humain·e·s, vivant·e·s ! Avec le Manège, et avec vous, on va dérouler des œuvres, des rencontres, des célébrations, des modes d’occupation, avec pour intention d'explorer les relations sensibles et les transformations qui peuvent encore s'opérer dans un théâtre, dans une assemblée, dans la cité.  On cultivera une vision des corps et du chorégraphique qui donne de la voix, travaille l’écoute, aspire à déconstruire tout autant qu’à construire, à provoquer des changements même infimes, qui croit à la magie comme un art des transformations perceptives et sociales, qui pense qu’on apprend en faisant, tous·te·s ensemble.
Nina Santes & La Fronde